Divers

Un guide de survie pour les futurs prisonniers

Un guide de survie pour les futurs prisonniers

Carl Cattermole a passé trois ans dans une prison britannique et veut que vous sachiez ce qu'il sait - juste au cas où.

Prison.

Quel endroit étrange: le placard de la société rempli d’escrocs, tout un monde de mystère, de misère et de mythes. Ce qui est encore plus étrange, c’est que j’ai l’impression de ne toujours pas le comprendre alors que j’y ai passé près d’un an.

Peut-être que mon esprit bloque tout cela à des fins d'auto-préservation. Ce n’est pas comme si j’avais eu des moments difficiles, mais passer si longtemps dans une seule cellule filtre dans les couches les plus basses de votre subconscient. Vous devenez moins compétent socialement, moins confiant, plus pensif et introverti.

J'ai donc décidé d'écrire sur ce que je SAIS, afin d'aider ceux qui en savent encore moins que moi. Et cela peut être la partie la plus intimidante de la prison: attendre son procès, être en liberté sous caution, la grande inconnue. Quelle est la part de vérité contenue dans la maxime «Ne laissez pas tomber le savon»? Allez-vous dépérir avec un régime de sciure de bois et de bouillie de grizzly grise, ou allez-vous arriver sur l'aile et être mangé vivant par les lumpen-sauvages?

Non, vous ne le ferez pas. Plus probablement, l'anxiété pré-prison vous rongera de l'intérieur, et c'est une partie importante mais sous-reconnue du système carcéral et de sa fonction.

C'est là que j'espère aider les gens et en même temps tirer le tapis de l'inefficacité des systèmes de justice. J'ai écrit un livre intitulé HMP - A Survival Guide; c’est un mode d’action avec des anecdotes personnelles - comme une «planète solitaire pour le clink» - et il est écrit dans un style conçu pour être digeste pour ceux qui en ont le plus besoin. Mieux encore: c'est totalement gratuit. Vérifiez-le en ligne sur Prisonism.info.

Ce qui suit a été réimprimé à partir de la publication gratuite de Carl, H.M. Service pénitentiaire, un guide de survie, avec des modifications mineures.

TOUT D'ABORD

Dès que vous avez été renvoyé ou reconnu coupable, vous serez emmené dans les cellules de détention, alors assurez-vous d’y aller avec vos sacs emballés. Chaque tribunal libère toujours dans la même prison, donc si vous n'êtes pas sûr de l'endroit où vous vous retrouverez, vous pouvez simplement téléphoner au tribunal à l'avance et leur demander. Oh oui, et assurez-vous que vous avez annulé tous les frais mensuels qui se produisent régulièrement, sinon vous obtiendrez un découvert maximal.

À condition de ne pas être condamné à une peine à durée indéterminée ou à perpétuité, vous ne purgez que la première moitié de votre peine à l'intérieur. Le dernier tiers de cette moitié peut être éligible pour le tag (HDC). La deuxième moitié de votre phrase, vous passerez sur la licence (voir la section «Revenir dans le monde réel» pour en savoir plus sur la licence). Pour être honnête, il y a tellement d'exceptions à cela que je ne vais pas les écrire toutes, je veux juste que vous sachiez que si le juge vous donne deux ans, par exemple, cela ne signifie pas en fait deux ans derrière les barreaux .

Ensuite, vous serez emmené dans la camionnette Serco, dévalant la route dans une minuscule cabine avec des choses comme AGRESIVE DAN OV BRUM griffé dans la peinture sur votre chemin vers n'importe quelle prison, prêt à donner du plaisir à sa majesté (cela semble assez peu attrayant ne le fait pas) t-il?). Ils vous arrêteront aux portes de la serrure de sécurité, un type allumant une torche dans votre petit compartiment, vous comptant comme un numéro. Bienvenue en prison!

Vous serez parqués dans une zone de traitement, une boîte remplie de bittes tremblantes allant à la dinde froide et de boules de noix vous demandant ce que vous voulez. C'est un peu comme si vous attendiez le prochain départ en enfer. Une vis de haricot cuit au four vous appellera alors par votre nom de famille, vous serez traité, photographié, donné un numéro que vous gardez à vie, dit ce que vous pouvez et ne pouvez pas avoir, déshabillé, donné des vêtements éraflés et passé à la «première aile de nuit».

À ce stade, on vous aura déjà demandé une «brûlure» (qui est prisonnière de la cigarette) environ 50 fois. Les gens vous regarderont probablement de haut en bas pour essayer de vous évaluer. Ne vous inquiétez pas, ne soyez pas gonflé, ne soyez pas mouillé, tout ira bien. Cela devient de plus en plus facile à partir de ce moment.

Au cours de la semaine ou deux à venir, vous ferez une «induction». Ils vous expliqueront comment procéder au «changement de kit», à la bibliothèque, aux bons de repas et tout le reste. À un moment donné, vous serez évalué plus en détail et ils vous demanderont tout ce qui est habituel; êtes-vous suicidaire, avez-vous des antécédents violents, prenez-vous de la drogue. Quoi que vous fassiez, n’admettez même pas avoir fumé de l’herbe dans le passé ou ils vous traiteront comme un «utilisateur» et vous soumettront à un «dépistage obligatoire des drogues» hebdomadaire pour le reste de votre phrase.

Un exemple de menu. A noter l'agneau haché "salé".

N'oubliez pas que la première semaine, vous aurez droit à une «visite de réception» qui ne nécessite aucun V.O. (ordre de visite). Cela signifie que n'importe qui peut simplement téléphoner et réserver une visite pour venir vous voir; ils auront juste besoin de votre date de naissance et de votre nom complet. Vous bénéficierez également d'un crédit téléphonique de 2 £ pour démarrer et d'un code PIN pour utiliser le téléphone. Assurez-vous de ne pas le perdre et gardez-le pour vous.

Le système vous choquera. Vous serez étonné de voir à quel point les prisons sont inefficaces, combien de choses sont jetées par-dessus la clôture et à quel point cela peut être évité, à quel point le soutien est limité aux analphabètes et aux consommateurs de drogues alors que cela réduirait manifestement leur probabilité de récidive; combien de personnes purgent de si petites peines pour des crimes contre des personnes et comment d'autres en purgent d'énormes pour des crimes contre la capitale; combien de délinquants réformés sont en train de pourrir avec des peines indéterminées cinq ans après leur date de libération, et comment les bitties fument des sachets de thé enveloppés dans des pages de la Bible quand ils n’ont plus de cigarettes.

Si vous vous sentez dur, je vous recommande de lire Papillon par Henri Charriere. C'est une histoire autobiographique vraiment foutue sur le fait d'aller en prison dans une colonie pénitentiaire française, d'avoir des parasites, de se faire tirer dessus et de passer des années à l'isolement dans une cellule qui se remplit d'eau jusqu'au cou pendant cinq heures par jour. Croyez-moi, vous aurez l’impression de n’avoir rien à craindre!

Voir la vidéo: COMMENT TROUVER DES CLIENTS: Ce qui marche VRAIMENT Formation Complète (Décembre 2020).